Sur les routes costariciennes / On Costa Rican roads

Cet article est le 2è d’une série sur mon séjour d’une semaine au Costa Rica.

This article is the second in a series on my one-week trip in Costa Rica.

Après le premier soir et les retrouvailles avec Pablo, le second jour a démarré très tôt: nous nous sommes levés à 5h30, après avoir dormi environ 4h, pour aller récupérer notre amie de France qui arrivait à 6h. Là, vraiment, on apprécie d’être à 5 minutes de l’aéroport!

After the first night and the reunion with Pablo, the second day started very early: We got up at 5:30am, having slept about 4 hours, to go pick up our friend from France who arrived at 6am. In that case, we really appreciated to be at 5 minutes from the airport!

Véronique est une amie qui était avec nous à l’école de journalisme de Strasbourg, en France. Après un long voyage de nuit pendant lequel elle a dormi, elle était plutôt en forme, malgré le décalage horaire. Et c’était tant mieux parce qu’un très long périple nous attendait. Bien plus long que ce qui était prévu…

Veronique is a friend who was with us at the journalism school in Strasbourg, France. After a long night in the plane, during which she slept, she was in pretty good shape, despite the time difference. And so much the better because a very long journey expected us. Much longer than what was expected …

Un long voyage, et aucune trace de fatigue / A long journey, and no trace of fatigue
Un long voyage, et aucune trace de fatigue / A long journey, and no trace of fatigue

Après un rapide arrêt à la maison de Pablo pour poser les affaires, déjeuner et charger la voiture, on a pris la route vers 8h30. Direction: Mal Pais, soit à l’autre bout du Costa Rica. Selon Pablo, le voyage devait durer environ 4-5 heures. Il fallait d’abord rejoindre Puntarenas pour prendre un ferry, traverser le Golfe de Nicoya, accoster à Paquera et filer vers notre destination. Ça, c’était le plan.

After a quick stop at Pablo’s house for lunch and load the car, we hit the road at around 8:30. Direction: Mal Pais, on the other side of Costa Rica. According to Pablo, the trip would be about 4-5 hours long. First, we had to join Puntarenas to take a ferry across the Gulf of Nicoya, dock at Paquera and going straight toward our destination. That was the plan.

La réalité, elle, a été toute autre. Rejoindre Puntarenas depuis Alajuela aurait dû prendre environ 1h. On a mis 2h30. En quelques kilomètres (il n’y a qu’environ 80 kilomètres qui séparent les deux villes), on saisit immédiatement l’un des gros problèmes du Costa Rica: la faiblesse des infrastructures routières. Le nombre de 4X4 en circulation aurait dû me mettre la puce à l’oreille… Les routes ne sont pas toutes cabossées, mais il n’y a souvent qu’une ou deux routes pour aller d’un point à un autre. Du coup, lorsqu’il y a un accident (et c’est assez fréquent), les bouchons sont monstrueux d’autant plus qu’il n’y a pas d’itinéraire de délestage. Ou alors, ce dernier est déjà bouché. Bref, l’avantage c’est que cela nous a permis de voir du pays.

Reality was quite different. Join Puntarenas from Alajuela should take about 1 hour. It took 2:30. After a few kilometers (there are about 80 kilometers between the two cities), we immediately grabbed one of the big problems of Costa Rica: the poor road infrastructure. The outstanding number of 4X4 should have put a flea in the ear … Roads are not all battered, but there is often only one or two routes to get from one point to another. So, when there is an accident (which is quite common), traffic jams are awful because there is no alternative route. Or maybe it is already jammed. Anyway, the advantage is that it has allowed us to see the country.

Les routes sont souvent sur une voie
Les routes sont souvent sur une voie / Road are often on one path
D'autres alternent régulièrement entre passages sur une voie, et espaces pour doubler
D’autres alternent régulièrement entre passages sur une voie, et espaces pour doubler / Other alternate regularly between passages on one channel and double.
Le paysage, lui change. Au départ, la verdure est assez présente.
Le paysage, lui change. Au départ, la verdure est assez présente / The landscape changes. Initially, greenery is quite present

Vers 11h, donc, on arrive à Puntarenas pour prendre le ferry. Malheureusement, celui-ci part bientôt et il est déjà plein. Le prochain ne prend pas la mer avant 14h. C’est trop long, si on contourne le Golfe par la route, on arrivera de l’autre côté avant même que le ferry ne soit parti. On reprend donc la route.

Around 11 am, we get to Puntarenas to catch the ferry. Unfortunately, it’s about to leave and it is already full. The next does not leave before 2pmh. This is too long, if we bypass the Gulf by the road, we’ll reach the other side before the ferry was gone. So we hit the road again.

Malgré la courte nuit, Pablo reste concentré. On n'est pourtant pas encore au bout de nos surprises...
Malgré la courte nuit, Pablo reste concentré. On n’est pourtant pas encore au bout de nos surprises… / Despite the short night, Pablo remains focused on the road. It is however not the end of our surprises…
Un petit coup d'oeil dans le rétro... On n'est pas seuls sur la route.
Un petit coup d’œil dans le rétro… Nous ne sommes pas seuls sur la route / A quick glance in the mirror… We are not alone on the road

Arrivés presque au sommet de la péninsule, on coupe à travers un énorme pont construit par Taïwan au-dessus de la mer. Puis on enchaîne les petits villages perdus au milieux de nulle part, tout en franchissant plusieurs provinces du pays. Le paysage, lui change. L’humidité et la verdure ont laissé la place à la sécheresse et au jaune.

Arrived near the top of the peninsula, we cut through a huge bridge built by Taiwan over the sea. Then, we cross villages lost in the midst of nowhere, as well as several provinces. The landscape changes. The humidity and greenery are replaced by drought and yellow.

Peu à peu, les collines jaunissent.
Peu à peu, les collines jaunissent / Gradually, hills become yellow
Les palmiers, bien que déjà présents à Alajuela, sont de plus en plus nombreux.
Les palmiers, bien que déjà présents à Alajuela, sont de plus en plus nombreux / Palms, although already present in Alajuela, are becoming more numerous
Les champs sont brûlés par le soleil.
Les champs sont brûlés par le soleil / Fields are sunburned
Pourtant, par-ci par-là, des plantations de fruits et légumes détonnent par leurs couleurs verts pétantes.
Pourtant, par-ci par-là, des plantations de fruits et légumes détonnent par leurs couleurs vertes pétantes / Yet, here and over there, plantations of fruits and vegetables by their green color detonate the dot

Alors qu’on s’approche doucement mais sûrement de notre destination, et qu’il nous reste environ 70-80 kilomètres, une nouvelle surprise de taille nous attend: plusieurs dizaines de kilomètres de piste s’étalent soudain devant nous! Même Pablo ne s’attendait pas à ça. En effet, Mal Pais est considéré comme un lieu touristique, prisé notamment par les surfeurs, d’où sa surprise de voir de la piste conduisant quasiment jusqu’à l’arrivée.

So we slowly but surely getting closer and closer from our destination, and as it remains about 70-80 km, a new big surprise awaits us: tens of kilometers of tracks suddenly spread ahead of us! Even Pablo did not expect that. Indeed, Mal Pais is regarded as a tourist spot, especially popular for surfers, hence his surprise to see the track leading almost to the finish.

Soudain, sans crier gare, la terre, la poussière et les cailloux ont remplacer le bitume plus ou moins défoncé.
Soudain, sans crier gare, la terre, la poussière et les cailloux ont remplacé le bitume plus ou moins défoncé / Suddenly, without warning, earth, dust and stones have replaced the asphalt more or less stoned
Il faut rester à bonne distance des voitures car la poussière gène très souvent la visibilité.
Il faut rester à bonne distance des voitures car la poussière gène très souvent la visibilité / We must stay well away from cars as dust often gene visibility
Les croisements peuvent devenir périlleux.
Les croisements peuvent devenir périlleux / Pass each other can be dangerous

Globalement, les gens roulent très lentement sur la piste. Pablo, en digne héritier du pilote alsacien de rallye Sébastien Loeb (d’où son surnom pendant le séjour, Pablo Loeb), n’hésite pas à atteindre les 80 voire même 100 à l’heure, se jouant des cailloux et des gravillons qui font déraper la voiture. Si cela peut vous paraître un peu dangereux en lisant ces lignes, sachez qu’en fait le danger était très limité: la plupart des Costa Riciens devaient être plus intelligents que nous et savoir qu’il y avait de la piste pour rejoindre Mal Pais. Nombreux sont ceux à prendre le ferry justement pour éviter ces kilomètres dans la terre (mais ça, on ne le savait pas au moment de quitter Puntarenas). Du coup, nous avons doublé essentiellement des gens du coin, habitant dans les petits villages et hameaux répartis ci et là, le long du chemin. Finalement, le plus gros danger qui nous guettait était la crevaison.

Overall, people drive very slowly on the track. Pablo, as a worthy heir of Alsace rally driver Sebastien Loeb (hence his nickname during the stay, Pablo Loeb), does not hesitate to reach 80 or even 100km/h, managing pebbles and gravel that skid the car. While this may seem a little dangerous, know that the danger was very limited: most Costa Ricans had to be smarter than us and know that there was a track to join Mal Pais. Many people take the ferry in order to avoid those kilometers in the dust (but we didn’t know that when we left from Puntarenas). So, we passed mainly locals, living in small villages and hamlets dotted here and there along the way. Finally, the greatest danger was getting a tire flat.

Alors que l’heure de coucher du soleil est de plus en plus proche, nous finissons par atteindre Mal Pais et notre hôtel. Il est environ 17h, nous avons passé un peu plus de 8h sur les routes costariciennes alors que le voyage devait ne durer que 4-5h maximum. La faute à Pablo, qui ne s’était pas renseigné sur les horaires et le fonctionnement du ferry, la faute aussi aux infrastructures du pays. Le voyage reste tout de même l’un des meilleurs souvenirs de mon séjour car on s’est beaucoup amusé. Le voyage retour, lui, sera encore plus épique.

While the time of sunset is getting closer, we finally reach our hotel and Mal Pais. It is about 5pm, we spent a little more than 8 hours on Costa Rican roads, while the trip would only take a maximum 4-5h. Pablo’s fault, as he was not aware of schedules and ferry operation. The responsability was also due to the country’s infrastructure. This journey is still one of the best memories I have because we had a lot of fun. The return will be even more epic.

Mais avant cela, on a vu de superbes couchers de soleil… / But before that, we saw beautiful sunsets …

Pour notre premier coucher de soleil, nous avons été accueillis par des coquillages en mouvement

Advertisements

One thought on “Sur les routes costariciennes / On Costa Rican roads

Add yours

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: