Revoilà la neige!

Vous l’avez sans doute tous vu à la télé française la semaine dernière, la côte Est de l’Amérique du Nord a été frappée par une grosse tempête de neige. Encore une fois, le micro-climat de Toronto fait qu’on a été moins touché que d’autres villes comme New York ou dans le sud de l’Ontario. Reste que cette tempête a été la plus importante que la ville ait connue en quatre ans: en l’espace de quelques heures, il est tombé une bonne trentaine de centimètres.

Avant d’aller plus loin, je tiens à faire un point météo (leur passion ici, après le hockey): le stéréotype des français sur la météo canadienne en hiver se résume au froid et à la neige. De même, le Canada pour les français se résume au Québec. Deux choses: premièrement, le Québec n’est qu’une des 10 provinces et trois territoires qui composent le Canada. Deuxièmement, s’il fait effectivement froid à Montréal, Québec city et dans les prairies, il fait plutôt chaud à Toronto. Ici, on n’atteint pas des températures de -30°C ou je ne sais quoi. Le minimum qu’on ait eu, et ça n’a duré qu’un jour, c’était environ -20°C ressentis. Si cet interlude météorologique peut vous aider à casser vos stéréotypes et vous éviter de me dire à chaque fois “mais tu n’as pas froid là-bas?”, ça sera toujours ça de gagné.

Bref, reprenons. J’ai du coup profité de cette nouvelle neige pour aller faire un tour à High Park. Situé à l’Ouest de la ville, c’est un grand parc en pleine ville. Un peu comme le Parc de la Tête d’Or à Lyon, ou Central Park à New York.

La neige transforme les arbres en arbre à coton.

La neige transforme les arbres en arbre à coton.

Ni une, ni deux, les Torontois en ont profité pour sortir leurs skis de fond et raquettes. Des Québécois rencontrés en chemin m’ont dit que c’était “assez rare à Toronto pour en profiter”. Eux avaient des raquettes, tandis que moi je galérais en m’enfonçant dans la neige. Je me suis d’ailleurs bien rétamé dans une pente près d’eux (mais ils ne m’ont pas vu héhé^^). J’ai plus eu peur pour mon matériel photographique que pour moi.

Si on se perd, il suffit de suivre les traces!

Si on se perd, il suffit de suivre les traces!

Reste que tous les Torontois n’ont visiblement pas l’habitude de faire du ski de fond. Certains sont à l’aise et vont à fond, d’autres semblent s’y essayer pour la première fois.

Tout le monde ne maîtrise pas le "planté de bâton" ;)

Tout le monde ne maîtrise pas le “planté de bâton” 😉

On était à une semaine de la St Valentin, mais certains en ont profité pour déclarer leur amour. Et au Canada, l’amour ça se dessine dans la neige.

P1030500

La nature, elle, n’en est que magnifiée. Je vous laisse apprécier avec les quelques photos ci-dessous.

P1030503

La couche de neige était impressionnante.

La couche de neige était impressionnante.

Les canards, eux, semblaient s'adapter parfaitement à la glace!

Les canards, eux, semblaient s’adapter parfaitement à la glace!

P1030514

P1030516

Si la rivière était assez gelée pour les canards, elle ne l’était cependant pas vraiment pour les humains. Du moins, c’est ce que la mairie laissait entendre en installant une multitude de panneaux signalant le danger.

Des enfants ont dégagé la neige sur la rivière gelée pour se faire une piste de patinage et jouer au hockey.

Des enfants ont dégagé la neige sur la rivière gelée pour se faire une piste de patinage et jouer au hockey.

Finalement, la glace était assez résistante pour supporter aussi le poids d'adultes.

Finalement, la glace était assez résistante pour supporter aussi le poids d’adultes.

N’étant pas encore expert dans l’évaluation de la solidité de la glace, je n’ai pas osé m’aventurer sur la rivière gelée. Je laisse faire les Canadiens pour le moment, et j’essaierai d’acquérir leur savoir-faire en la matière.

Un peu plus loin, une piste de luge a été aménagée sur une butte. Une bonne cinquantaine de personnes se la partageait. Enfants, ados et adultes dévalaient la pente à toute allure. La remontée, elle, se faisait sans tire-fesse ou télésiège.

Ici, ils foncent la tête vers le bas...

Ici, ils foncent la tête vers le bas…

Mais parfois, le lugeur a moins de chance. La chute peut alors être violente...

Mais parfois, le lugeur a moins de chance. La chute peut alors être violente…

Bref, après plus de 2h de marche dans 30cm de neige, voire plus à certains endroits, mon pantalon et mes chaussures de marche étaient trempées. J’ai donc décidé de rentrer par la route au lieu de retraverser le parc. La neige avait été tassée sur les côtés, et les bancs disparaissaient quasiment sous les tas.

Une fois tassée, la neige dépassait la hauteur d'un siège de banc.

Une fois tassée, la neige dépassait la hauteur d’un siège de banc.

Aujourd’hui, la neige a pratiquement toute fondue. Il faut dire que deux jours après la tempête, nous avions 7°C et de la pluie. Il ne reste aujourd’hui que des tas sur les côtés des trottoirs, bien dégoûtants et salissants. Bref, vivement qu’elle fonde parce que j’aime la neige, mais pas comme ça!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: