La stagiaire, Syracuse et Toronto

Lors du précédent article, je vous avais dit que j’essaierai de vous faire un petit portrait de “la stagiaire” et de ses amies. Je commence aujourd’hui avec “la stagiaire”, puis il y aura un autre portrait d’une de ses amies (celle qui part en Finlande, là où part mon frère).
“La stagiaire” s’appelle en réalité Chloé. La jeune fille aux cheveux châtain longs et aux yeux verts a 19 ans. Brillante, elle est entrée en 2010 sur dossier, grâce à sa mention TB au bac, à l’IEP Paris et part, pour sa troisième année, à Syracuse, aux États-Unis. Si elle a choisi les États-Unis, c’est parce qu’elle était partie trois mois au Canada en 2008, avait adoré cette expérience et voulait retourner sur le continent nord américain. L’idée de passer un an sur un campus typiquement américain, découvrir un autre mode de vie aussi controversé qu’admiré l’a aussi séduite. Comme elle le dit elle-même: “C’est très banal finalement mais l’American dream fonctionne toujours !”

Elle profite d’être à l’IEP pour intégrer le système universitaire américain, réputé pour son excellence mais aussi son prix exorbitant. Or, cette année obligatoire à l’étranger lui permet d’étudier aux États-Unis sans le dernier inconvénient, majeur.

Lorsqu’elle débarquera à Syracuse, ce sera la première fois que Chloé mettra les pieds dans le pays de l’Oncle Sam. “J’avais envie de me rendre sur la côte Est car c’est le centre économique et politique du pays, voire du monde sur certains plans ! Syracuse a une localisation idéale pour moi, près des Grands lacs avec un magnifique campus verdoyant comme on voit dans les séries, proche des grandes villes de la côte Est et du Canada : les possibilités de voyages sont décuplées”, souligne-t-elle.

Chloé part à Syracuse pour un an.

Qu’attend-elle de son année à l’étranger? “J’espère en profiter pour m’ouvrir l’esprit à d’autres cultures (au pluriel car il y a de nombreux étudiants étrangers sur le campus, ma colloc sera par exemple asiatique) et de prendre du recul sur ma vision du monde.” Côté cours, elle souhaite découvrir de nouvelles matières académique qui pourront l’aider dans son choix d’orientation à son retour en France. “De plus, j’ai la chance de tomber sur une année d’élections présidentielles, ce sera passionnant pour moi de vivre l’événement de l’intérieur !”, s’enthousiasme-t-elle. Cette passionnée de voyages et de rencontres estime que “c’est essentiel dans la vie et cela permet de ne pas s’enfermer dans un petit carcan étriqué”. Lucide, elle ajoute: “En fait c’est avant tout une expérience de vie, partir à l’aventure seule un an loin de mes habitudes et de mon quotidien qui me fera surement changer de perspective sur le monde dans lequel je vis et, bien sûr, grandir”.

A quelques heures du décollage, impatience, excitation et inquiétude se mêlent. “C’est un voyage que je prépare depuis très longtemps maintenant et j’ai hâte qu’il se concrétise enfin ! L’excitation se mêle bien sûr à l’appréhension car je me lance dans l’inconnu. Mais je suis plutôt confiante et je suis certaine que ce sera une expérience extraordinaire.” De la France, il ne lui manquera pas grand chose: “Mes proches, ma famille et mes amis ! Mais comme j’ai la chance de vivre au XXIe siècle, on pourra très facilement rester en contact.”

Bon voyage Chloé, et à bientôt de l’autre côté de l’Atlantique!

Vous pouvez suivre le blog qu’elle a crée pour son année à Syracuse ici.

Advertisements

One thought on “La stagiaire, Syracuse et Toronto

Add yours

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: